Kit solaire autonome refuge de montagne
Kit solaire autonome pour loge agricole
Kit solaire pour chalet en altitude
Electrification solaire pour chalet de montagne
Kit solaire pour chalet en Haute-Savoie
Kit électrification solaire restaurant en montagne
Electrification autonome d'un container pour Total
Electrification par le solaire d'une habitation sur l'île de Saint-Barthélemy
Panneaux solaires photovoltaïque au Maroc
Kit solaire autonome refuge de montagne

Méfiez-vous des offres trop alléchantes !!!

La batterie sous-dimensionnée des kits solaires autonomes.

C'est un classique. Le coût de la batterie est important dans un kit solaire. C'est souvent le poste le plus cher. Alors facile, on l'a sous-dimensionne pour baisser le prix.

Malheureusement cette batterie qui est le cœur du système ne peut pas être sous-dimensionnée pour plusieurs raisons :

  • Vous n'aurez pas assez d'autonomie :

La batterie se charge les jours de beau temps et vous permet de tenir les jours de mauvais temps. Si votre batterie n'est pas suffisamment importante dès le second jour de mauvais temps, voir dès le premier vous n'aurez plus d'alimentation par le solaire. Si vous avez un groupe électrogène vous devrez le mettre en route, et il tournera fréquemment.

Nous préconisons un minimum de 4 à 5 jours d'autonomie dépendant de la période d'utilisation, du lieu d'utilisation. En cas de présence d'un groupe électrogène vous pouvez réduire cette autonomie, mais pas trop sinon vous utiliserez souvent le groupe électrogène.

  • Les batteries vont cycler de manière intensive :

Tous les jours, entre la fin d'après-midi et le lendemain matin, vous allez puiser une grande partie de la réserve énergétique. C'est ce qu'on appelle la profondeur de décharge. Plus la profondeur de décharge est importante, moins les batteries vont pouvoir faire de cycles. Avec un cyclage quotidien de 30% la plupart des batteries GEL tiennent 6 à 8 ans. Avec un cyclage quotidien de 60% çà sera plutôt 2 ans...

  • La recharge par le solaire sera trop sévère :

Les batteries n’acceptent pas un courant de charge trop élevé. Si la capacité des batteries est trop faible par rapport à la puissance du solaire, la recharge est trop intense. La durée de vie sera fortement réduite. Les constructeurs préconisent une recharge avec une puissance d'environ 1/5ème à 1/10ème de la capacité de la batterie. En d'autre termes la capacité batterie (exprimé en Wh) ne peut jamais être inférieure à 1/5ème de la puissance des panneaux solaires (exprimé en Wc).


Le mirage des onduleurs hybrides

Après les batteries, un autre poste important est le convertisseur, appelé également onduleur. Certains appareils tout-en-un "onduleur hybride" annoncent des puissances élevées, inclus un régulateur de charge et le tout pour des prix extrêmement bas.

Ce sont des appareils très bas de gamme, issus d'un fabricant chinois et revendu en Europe sous différentes marques de circonstance. Nous en avons testé quelques-uns. Les performances sont largement insuffisantes pour un usage en site isolé.

- Consommation à vide très élevée

- Rendement faible dès qu'on sort du point de fonctionnement optimal

- Conversion type HF

- Fragilité excessive



Mais c'est en main qu'on sent bien la différence ne serait-ce que sur le poids :

- Convertisseur-chargeur XTENDER 5000VA de STUDER : 40kg

- Convertisseur-chargeur MULTIPLUS 5000VA de VICTRON : 29kg

- Onduleur-hybride 5000VA WKS ou SUPERWATT : 13,5kg

Ces derniers peuvent éventuellement servir pour l'autoconsommation sur batterie, une architecture qui est adossée au réseau EDF et donc beaucoup moins sollicitant. Mais pour créer un réseau comme on en a besoin en site isolé, nous les déconseillons.

Méfiez-vous des offres trop alléchantes !!!

La batterie sous-dimensionnée

C'est un classique. Le coût de la batterie est important dans un kit solaire. C'est souvent le poste le plus cher. Alors facile, on l'a sous-dimensionne pour baisser le prix.

Malheureusement cette batterie qui est le cœur du système ne peut pas être sous-dimensionnée pour plusieurs raisons :

  • Vous n'aurez pas assez d'autonomie :

La batterie se charge les jours de beau temps et vous permet de tenir les jours de mauvais temps. Si votre batterie n'est pas suffisamment importante dès le second jour de mauvais temps, voir dès le premier vous n'aurez plus d'alimentation par le solaire. Si vous avez un groupe électrogène vous devrez le mettre en route, et il tournera fréquemment.

Nous préconisons un minimum de 4 à 5 jours d'autonomie dépendant de la période d'utilisation, du lieu d'utilisation. En cas de présence d'un groupe électrogène vous pouvez réduire cette autonomie, mais pas trop sinon vous utiliserez souvent le groupe électrogène.

  • Les batteries vont cycler de manière intensive :

Tous les jours, entre la fin d'après-midi et le lendemain matin, vous allez puiser une grande partie de la réserve énergétique. C'est ce qu'on appelle la profondeur de décharge. Plus la profondeur de décharge est importante, moins les batteries vont pouvoir faire de cycles. Avec un cyclage quotidien de 30% la plupart des batteries GEL tiennent 6 à 8 ans. Avec un cyclage quotidien de 60% çà sera plutôt 2 ans...

  • La recharge par le solaire sera trop sévère :

Les batteries n’acceptent pas un courant de charge trop élevé. Si la capacité des batteries est trop faible par rapport à la puissance du solaire, la recharge est trop intense. La durée de vie sera fortement réduite. Les constructeurs préconisent une recharge avec une puissance d'environ 1/5ème à 1/10ème de la capacité de la batterie. En d'autre termes la capacité batterie (exprimé en Wh) ne peut jamais être inférieure à 1/5ème de la puissance des panneaux solaires (exprimé en Wc).


Le mirage des onduleurs hybrides

Après les batteries, un autre poste important est le convertisseur, appelé également onduleur. Certains appareils tout-en-un "onduleur hybride" annoncent des puissances élevées, inclus un régulateur de charge et le tout pour des prix extrêmement bas.

Ce sont des appareils très bas de gamme, issus d'un fabricant chinois et revendu en Europe sous différentes marques de circonstance. Nous en avons testé quelques-uns. Les performances sont largement insuffisantes pour un usage en site isolé.

- Consommation à vide très élevée

- Rendement faible dès qu'on sort du point de fonctionnement optimal

- Conversion type HF

- Fragilité excessive



Mais c'est en main qu'on sent bien la différence ne serait-ce que sur le poids :

- Convertisseur-chargeur XTENDER 5000VA de STUDER : 40kg

- Convertisseur-chargeur MULTIPLUS 5000VA de VICTRON : 29kg

- Onduleur-hybride 5000VA WKS ou SUPERWATT : 13,5kg

Ces derniers peuvent éventuellement servir pour l'autoconsommation sur batterie, une architecture qui est adossée au réseau EDF et donc beaucoup moins sollicitant. Mais pour créer un réseau comme on en a besoin en site isolé, nous les déconseillons.